Prix Godot des lycéens

Organisé depuis 2007 par le Panta-théâtre et par le Rectorat de Caen, à l’initiative de Michel Azama, le Prix Godot aborde à sa huitième édition. Son objectif est de promouvoir l’écriture théâtrale contemporaine auprès des collégiens et des lycéens de la région, une littérature qui leur demeure très largement inaccessible par les voies plus classiques. Ce projet vise également l'élargissement des publics et la préparation des jeunes à la confrontation avec les oeuvres contemporaines.

Le Prix Godot concerne les élèves des classes de Troisième, de Seconde et de Première de l’ensemble des établissements (classiques, techniques, professionnels...) de Basse-Normandie. Il s’adresse à des classes entières sur la base du volontariat et sous la responsabilité d’un enseignant (professeur de lettres le plus souvent mais pas seulement).

Il fonctionne selon le modèle du prix Goncourt des Lycéens. Chaque classe concernée reçoit en début d’année une sélection de six textes proposés par le Panta-théâtre. Elle s’organise en jury et désigne ses représentants pour faire entendre son palmarès lors de la réunion du jury terminal. Une quinzaine de classes en moyenne y participent chaque année.

 

dossier à télécharger - le blog du Prix Godot - Prix Godot sur theatrecontemporain.net

La lauréate 2017 est Malgorzata Sikorska-Miszczuk avec La valise.

Elle a rencontré les élèves le 16 mai 2017.

 

La valise est le dixième texte lauréat du Godot après :

 

Burn, Baby, Burn de Carine Lacroix  en 2008

Le mot progrés dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux de Mateï Visniec en 2009

Toby ou Le saut du chien de Frédéric Sonntag en 2010

Dénommé Gospodin de Philipp Löhl (Allemagne) en 2011

SStockolm de Solenn Denis en 2012

Contre le progrès d'Esteve Soler (Catalogne) en 2013

Lilly/HEINER intra muros de Lucie Depaw en 2014

Johnny Misère de Sonia Ristic en 2015

Straight de Guillaume Poix en 2016

 

 

Malgorzata Sikorska-Miszczuk

Formée à l’Ecole Supérieure de Journalisme, de Sciences politiques et de Gender Studies à l’Université de Varsovie, ainsi que de l’Ecole Supérieure Nationale de Film, Télévision et Théâtre de Łódź, Małgorzata Sikorska-Miszczuk est l’auteur de nouvelles, de scenarii de films et de pièces de théâtre.

Elle a débuté au théâtre en 2004 avec la pièce La Psychothérapie pour les chiens et les femmes, mais sa popularité s’est affirmée après la représentation de La mort de l’Homme - Ecureuil, pièce traitant du terrorisme, thème névralgique de l’actualité. Aussitôt publiée et jouée sur plusieurs scènes polonaises, elle a ensuite été traduite en allemand et en anglais pour être représentée dans de nombreuses villes d’Allemagne (Festival "Transfusion 2007" à Hambourg, aux Festivals du Jeune Théâtre Européen à Berlin et à Wiesbaden), et des Etats Unis (Festival Arts and Ideas de New Haven et New Europe - New Voices de New York).

Sa dernière pièce La valise de Pantofelnik a reçu le Prix Principal et celui du public au concours national "Métaphores de la Réalité", organisé par le Théâtre de Poznań en 2008. On lui prédit le même succès que celui de La mort de l’Homme - Ecureuil.

Actuellement, elle est boursière du Ministère de la Culture et de l’Héritage National et poursuit sa carrière de dramaturge.
 

 

 

Et comme témoignage, cette vidéo de la première édition :

 

Vidéo réalisée par le CRDP à propos du Prix Godot des lycéens 2008 – Lauréat : Carine Lacroix